Brève sur l’histoire récente du Château des Barons du Pont


Le château est le premier objet de la collection du musée. Les Journée du Patrimoine 2013, qui nous invitent à nous interroger sur la notion de protection du patrimoine, nous donnent l’occasion d’un focus sur l’histoire récente du Château des Barons du Pont de Pont-l’Abbé.

La Ville de Pont L’Abbé en fait l’acquisition en 1836, afin d’abriter « l’hôtel de la Mairie et autres services municipaux » : le prétoire de justice de paix, l’école primaire des garçons, la prison municipale et des logements de fonction.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En 1916, l’architecte des monuments historiques se prononce défavorablement sur le classement du château, qui sera inscrit d’office par l’Etat à l’inventaire des Monuments Historiques par arrêté du 2 décembre 1926. [L’inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques désigne les biens meubles et biens immeubles faisant à présent l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques. L’inscription est une protection des monuments historiques présentant un intérêt remarquable à l’échelle régionale, contrairement au classement, protégeant les monuments présentant un intérêt à l’échelle de la nation].

Le 8 décembre 1940, le Conseil Municipal vote la mise à l’étude d’un projet de réfection totale de la toiture du château. Les Syndicats d’Initiative du Finistère et de Bretagne se mobilisent pour proposer l’idée d’une rénovation de la tour afin d’y créer un « musée local ». En 1944, la commune de Pont L’Abbé demande une autorisation préfectorale pour la destruction de la tour médiévale. Son état est particulièrement préoccupant, comme le note le Préfet du Finistère, qui tente d’éviter la destruction en engageant une procédure de classement du château à l’inventaire des Monuments Historiques : « le toit est démuni d’ardoises sur le tiers de sa surface et il est à craindre qu’il ne tombe en bloc sur la tête des passants ». Ses sollicitations restent sans réponse, mais l’idée de la création d’un « musée du Pays Bigouden » fait son chemin et aboutit dix ans plus tard.

  1. Pas encore de commentaire.
(ne sera pas publié)
*